Réseaux sociaux en entreprise, gérer les débordements

Par: SC Canard 2-2-2012 11:45
Catégories: Actualité recrutement RH, Actualité site emploi - job board, Open Sourcing, Recrutement conseil candidat, Recrutement réseaux sociaux,

Certaines entreprises laissent faire, d'autres interdisent tout accès, d'autres encore avisent en fonction des cas. Découvrez les avantages et inconvénients de chacune de ces techniques.



La politique stricte
Les pour : En bloquant l’accès à tous les médias sociaux, qu’ils soient professionnels ou non, 64 % des employeurs français estiment avoir fait le bon choix : pas de problèmes de sécurité ou d’abus.
Les contre : L’interdiction systématique risque de provoquer un certain mécontentement chez les salariés et donc de desservir l’entreprise. Pas très efficace en termes de fidélisation et de productivité.

La politique souple
Les pour : Il est prouvé qu’un salarié qui s’accorde une pause Facebook ou Twitter de temps en temps, à condition bien sûr que cela reste dans les limites du raisonnable, parvient mieux à se concentrer ensuite et gagne donc en productivité.
Les contre : Ne rien contrôler du tout, c’est s’exposer à des débordements. Certaines personnes risquent de passer plus de temps à surfer pour des raisons personnelles qu’à travailler, et peuvent aussi ternir la réputation de l’entreprise sur le Net. Sans parler des questions de sécurité des données et réseaux.

La politique adaptable
Les pour : Comme chaque cas est particulier, c’est la plus logique.
Les contre : C’est aussi la plus chronophage, puisqu’elle exige d’examiner toutes les affaires une par une et de prendre des décisions adaptées à chaque cas. Cela signifie aussi surveiller absolument tout ce qui se passe sur les ordinateurs de l’entreprise, ce qui représente un travail à plein temps et pose des problèmes éthiques complexes.

Commenter

CAPTCHA ImageRenouveller le codeActiver le code de sécurité

Vous souhaitez plus d’infos sur nos services ? Nous vous rappelons...