Faut-il continuer à évaluer les centres d’intérêt en recrutement ?

Par: DG Générale 2-7-2012 10:32
Catégories: Actualité recrutement RH, Recrutement conseil candidat, Recrutement réseaux sociaux,

La rubrique « centres d’intérêt » sur un curriculum vitae contient des informations destinées à renseigner les recruteurs sur la façon dont nous occupons notre temps libre. Nous pouvons lire ainsi les passe-temps « cuisine, jogging, lecture, cinéma » ou encore « sorties » (il y a de fortes chances que vous vous reconnaissiez !). Si l’on ne veut pas paraître comme une personne casanière ou vide d’intérêts, il est risqué de faire l’impasse sur cette rubrique. En quoi nos activités personnelles vont-elles peser dans une procédure de recrutement ? Sommes-nous recrutés pour nos compétences professionnelles et notre expertise ou bien pour le sport que nous pratiquons ? En quoi le golf serait-il prédicteur de performance au travail ? En outre, une question sérieuse se pose, relativement au code du travail.


Quand centres d’intérêt riment avec succès.
Internet abonde de conseils de professionnels affirmant qu’il est pertinent de lister nos hobbies pour mettre en valeur notre esprit d’équipe, notre prise d’initiative ou encore notre sens de l’organisation et du contact. Selon ces professionnels, la rubrique centres d’intérêt n’est pas à négliger car beaucoup de recruteurs y attachent de l’importance. L’objectif est de mentionner ce qui fera mouche pour le recruteur. La stratégie consiste à identifier les qualités requises par le poste et faire figurer les activités qui démontrent ces qualités. Ainsi, il semble logique que l’intérêt pour le shopping soit pertinent pour un emploi de vendeur dans un magasin. Ces informations sont l’occasion de se différencier en mettant des qualités humaines en avant. La présidence d’une Association ou même d’un BDE semble le Graal pour démontrer charisme et leadership.

Quand centres d’intérêt riment avec inintérêt.
Comment répondre à « que faites-vous pendant vos week-end ? » sans dépasser les limites de la vie personnelle et de l’éthique ? Par cette formule, le recruteur souhaite en savoir plus sur nous au-delà de notre strict parcours professionnel. Il cherche à installer un climat de confiance pour se projeter dans une future collaboration. Dès le tri des candidatures, les professionnels RH ont tendance à être attirés par des profils proches d’eux avec des centres d’intérêt communs.
Si ces hobbies ont tant de convoitise, pourquoi ne les retrouve-t-on pas dans les fiches de poste ? On pourrait y lire « cabinet de conseil en recrutement recherche sportif passionné d’histoire ». Les centres d’intérêt peuvent faire l’objet d’une fine enquête. Il est difficile de montrer la vérité de ces occupations. Etre engagé dans une association humanitaire peut avant tout consister à seulement verser une cotisation !

Sommes-nous, recruteur et candidat, dans l’illégalité ?
Selon l’article L1222-3 du Code du travail en vigueur depuis le 1er mai 2008, « les méthodes et techniques d'évaluation des salariés doivent être pertinentes au regard de la finalité poursuivie ». Qu’est-ce que cela signifie ? C’est simple, dans un processus de recrutement, le recruteur doit se concentrer particulièrement sur l'évaluation de la capacité d’un candidat à occuper un poste ou non. Pour ce faire, deux paramètres variables existent en recrutement : les paramètres qui sont mesurés auprès des candidats, appelés « prédicteurs », la créativité par exemple et ceux qui sont mesurés auprès du poste, appelés « critères ». Tous deux résultant de l’analyse de l’activité. C’est à partir de l’examen scientifique de l’adéquation entre les prédicteurs et les critères qu’il est possible de juger une quelconque capacité d’un candidat à occuper un emploi.

****
Est-ce que les centres d’intérêt sont des « prédicteurs » de performance ? Ou bien est-ce que les loisirs sont révélateurs de notre personnalité au travail ?
Le débat est ouvert !


Morgan Hyonne

Commentaire(s)

By:Ayi Eric Hugues EKUE
On:26-7-2013 15:45

Oui je considere que nous pouvons continuer par valoriser donc évaluer les centres d'intèrêt en recrutement.Rédiger en pourparler comme fait parler en parabole métaphysique proverbiale une évaluation est une pédagogie.Je pense que la masse salariale de la profession des enseignants est encore un aboutissement aux recrutements,un engouement à la passion d'acheter des informations qui permettent de mieux vivre et un dénouement pour les administrateurs fournitures de nos bureaux.La substitution,la procuration l'hors sujet en rédaction collégiale peux nous arriver mais je crois que notre famille est fondée sur l'administration qui vouée dans l'impunité et le succès familial pour un modèle petit encas en pédagogie.

By:Msellati
On:26-7-2013 12:35

Bonjour,

A mon avis, l'évaluation des centres d'intérets permet de voir un candidat sous un autre aspect. Et peut-être même, souvent, le véritable aspect. Avec les loisirs et les passions, le masque tombe. Peu ou pas de tricherie possible.

En effet, la tension "aseptisée" de l'entretien retombe légèrement quand on évoque les loisirs.

Le plus important dans cette rubrique, ça n'est pas ce qui est pratiqué mais plutôt l'engouement et la passion avec lesquels c'est exprimé. Faire parler d'un hobby, c'est faire parler les émotions.Ecouter la capacité de partage. Le niveau de conviction.

Il m'est arrivé d'en savoir plus dans la capacité et la détermination d'un candidat dans sa manière de parler de ses pasions qu'en le mettant en difficulté sur un registre plus professionnel.

N'est-ce pas là une clé supplémentaire pour affiner davantage le profil du candidat ?

Il revient au recruteur de conserver le bon niveau de bienveillance et de discernement sur ce qui dit et comment c'est dit.

Il revient aussi au recruteur de garder pour lui ses opinions et jugements sur les loisirs du candidat.

Bonne journée et bonne vacances.

commentaire

By:Michel MILLET
On:5-7-2012 22:46

Bonsoir,

Il y a 20 ans, nous pouvions lire qu'il fallait mieux pratiquer un sport collectif qu'individuel mais que la pratique du rugby n'était pas appréciée par son risque lié à l'absentéisme pour blessure du Lundi !!. En fait, chacun y allait de son analyse et personne n’avait vraiment de réponses exactes à ces questions. Quelques années plus tard, le marché de l’emploi revenu en meilleur forme, tout le monde s’accordait qu’il n'y a bien entendu aucun lien de cause à effet entre le type d'activités extra professionnelles pratiquées et l'efficacité de son travail au quotidien.

Malheureusement la pénurie des offres face aux nombre de candidats risque de nouveau de tendre vers des appréciations plus subjectives et sur des critères tels que les centres d'intérêts .

 

Je pense que chacun cherchera son bien être dans des occupations différentes et les plus efficaces au travail seront ceux qui se complairont dans leur vie personnelle, seul point à essayer de mesurer lors d'un entretien.

Michel Millet

En recherche active

commentaires

By:Rodriguez
On:4-7-2012 10:22
Je crois que les recruteurs devaient publier un CV a leur image ? quoi qu'il en soit les compétences du boulanger se voient au four et au petrain et non sur le ticket de caisse ! c 'est du pure délire ! un virgule , un s en moin ou une faute d'orthographe et op discalifié !
 
les sociétés spécialisés en realisation du CV parfait  pulullent  et se sera a celui qui présentera le plus beau papier qui aura droit a l'entretien . Finalement les competences , le savoir faire , l'expérience et la dynamique ne sont plus a l'ordre du jour !
 
Oui Mr. Wildenberg vous avez parfaitement raison ! Personellement j'ai 35 ans d'expérience dans le commerce international et notamment dans l'industrie , ce qu'ignorent  les recruteurs c'est que pour se lancer dans l'aventure internationale il faut un solide parcour  multicultrelle et comme vous dites a juste titre une jolie licence en commerce international n'est qu'un debut et rien ne peu remplacer l'expérience et le savoir et vous Mesiieurs les recruteurs  sachez qu' un jeune diplomé ne sera pas operationel et rentable avant trois ans , il devra faire ses armes comme tous ! de ce fait notre savoir et nos competences nous irons les faires valoir a l'étranger et a ceux qui optent pour la maturité !

centre d'intérêt

By:wildenberg
On:2-7-2012 21:33

Bonjour

Pensez vous que le pilier de rugby aura le même comportement au travail que le peintre sur soie?

Pensez vous que le fan de manga sado-maso aura la même approche au travail que l'amoureux de Spinoza?

Certes on peut être pilier de rugby et amoureux de Spinoza

Avez vous l'impression que les loisirs peuvent donner une impression (à étayer) sur les goûts, les besoins, les aspirations, les potentiels?

Il y a quelques semaines j'ai réalisé un coaching d'un jeune en échec scolaire. L’enseignant m'avait dit : "de celui là vous ne tirerez rien. C’est une brute épaisse". En entretien j'ai découvert un gabarit qui sortait du commun et qui était renfrogné. Puis progressivement il est apparu qu'il était capitaine d'une équipe de rugby et qu'il savait remarquablement former, entrainer, diriger, motiver son équipe. Il était ouvert, sensible, dynamique, chaleureux. Je pense que ce jeune pourra faire une grande carrière dans l'industrie. Dans ce cas les loisirs ont été une fabuleuse porte d'entrée pour l’entretien.

De plus il apprend probablement plus dans ses loisirs que dans le système éducatif

Pour être efficace il n’y a pas que les diplômes. Il y a aussi le savoir être. Or j’ai l’impression que c’est souvent dans les loisirs qu’ils s’expriment librement. Qu’en pensez-vous ?

Commenter

CAPTCHA ImageRenouveller le codeActiver le code de sécurité

Vous souhaitez plus d’infos sur nos services ? Nous vous rappelons...